J’ai oublié que j’avais été une enfant…

8 juillet 2022 | Réflexion | 0 commentaires

22 h. Je viens de terminer ma journée. Le tourbillon du quotidien s’éteint doucement emportant avec lui son lot d’obligations, de soucis et d’impatience. Je savoure le silence sachant trop bien qu’il sera bref puisque, déjà, je tombe de sommeil.

Et encore, quand je dis silence, je fais référence aux bruits environnants, mais dans mon esprit, c’est la folie, que dis-je, le chaos! J’ai beau être fatiguée, je classe et reclasse dans ma tête, ce qui devra être fait demain, dans deux jours, la semaine prochaine, dans trois mois… Ouf! Je peux bien tomber de sommeil! Afin de calmer mon hamster qui semble beaucoup trop en forme pour l’heure qu’il est, je saisis un livre au hasard me disant qu’une petite histoire devrait mettre fin à son tapage mental.

J’ai juste oublié qu’il n’y a pas de hasard, que des rendez-vous. Ce soir j’ai donc rendez-vous avec Le Petit Prince. Je souris à la perspective de renouer avec cette histoire empreinte d’une touchante naïveté. Je somme donc mon hamster de se taire sur le champ pour plonger avec plaisir dans ce récit que je croyais connaître par coeur.

Je me retrouve soudainement dans le désert. En fait, je réalise plutôt que je suis dans le désert depuis un moment déjà. Et c’est dans cet état d’esprit que je refais la connaissance du Petit Prince…

Au fil de ma lecture je voyage d’astéroïde en astéroïde sans jamais y trouver réellement ce que je cherche. Je rencontre des gens étranges qui gèrent, pensent, analysent, prévoient, gouvernent contre toute logique en réalisant que, depuis un moment, je fais comme eux. Je joue à l’adulte. Pas étonnant que, soir après soir, je m’effondre quand le tourbillon du quotidien s’éteint.

« On ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux. »

Cette phrase! Elle me touche tellement que je l’ai fait tatouer sur mon bras gauche.

Tout est si clair soudainement! À trop cultiver mon talent pour compliquer les choses simples, je suis devenue une adulte trop adulte dans un monde d’adultes dont la seule préoccupation est l’utile. Pourtant, au fil de ma lecture, je constate que j’ai encore en moi cette capacité à m’émerveiller dans le moment présent.

23 h 30… En tournant la dernière page, je ressens une douce nostalgie. Le Petit Prince est parti comme il est arrivé dans ma vie ce soir… tout doucement. Il m’apprivoisé encore une fois puis s’en est allé. Je savais qu’en me laissant apprivoiser, je courrais le risque de pleurer un peu, mais cette rencontre unique, même s’il s’agissait de ma 100e lecture, est arrivée juste au bon moment… entre deux tourbillons.

Ainsi de cette histoire pour enfant écrite à l’intention des grandes personnes, je retire une leçon: Je ne suis pas qu’une présence dans ce monde tourbillonnant. J’aime, j’agis et je partage ce qui vibre en moi dans le moment présent. Je rencontre, j’apprends à connaître, je crée des liens. Je suis une grande personne qui a juste oublié qu’elle avait été un enfant.

Belle âme lumineuse, si ce soir, par par hasard, tu regardes les étoiles, ferme les yeux. Tu entendras peut-être le rire cristallin d’un enfant. Ne l’ignore pas comme je l’ai longtemps fait. S’il rit ainsi et que tu l’entends, c’est que, quelque part en toi, se trouve un enfant oublié à apprivoiser…

Le cercle des belles âmes lumineuses

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Et si le moment était venu de faire les choses autrement ?

Marie-Josée Guérin